Nous contacter

Prendre rendez-vous

avec nos spécialistes

 

 01 40 79 40 36 

 

secretariat

@chirurgiedusport.com

 

 SOS GENOU  

 

Chirurgie du Sport

36 bd St Marcel

75005 PARIS

Clinique du sport Paris 

Métro : Saint Marcel

Parking 6 rue de l'essai


sur

Les fiches de chirurgiedusport :

HONCode

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici

QRCode

Vidéo Youtube

Reprise du sport après ligamentoplastie du ligament croisé antérieur du genou (LCA)

Imprimer l'article

Reprise du sport après ligamentoplastie du ligament croisé antérieur du genou

 

De quelle activité sportive parlons-nous ?. En effet la reprise du sport est un terme générique qui englobe les entreprises qui vit et cardio-vasculaire, une activité de bien une activité de sport pivots en compétition.

 

Nous parlons de reprise du sport, soit au niveau antérieur à la blessure, soit au niveau antérieur à la chirurgie ou bien encore soit au niveau maximum de récupération possible du genou. Par exemple, la récupération d'un genou qui a été instable pendant plusieurs années avec des lésions méniscales et cartilagineuses ne pourrait être la même qu'un genou sans lésions du cartilage du ménisque opéré dans un délai rapide après la rupture.

 

 

Il y a différents niveaux de reprise d'activité sportive. Ces étapes se succèdent, selon une séquence individuelle, variable selon le patient, le genou est le type de ligamentoplastie.

Le premier correspond à une activité cardio-vasculaire, réalisable en salle de sport. On peut faire du vélo, du rameur, une préparation physique du haut du corps, un renforcement du membre inférieur.

Deuxième niveau d'activité : les activités de course qui sont reprises très progressivement par paliers d'intensité. Il faut commencer par un terrain plat avec des séquences de durée courte. Progressivement, on augmente la durée, le dénivelé est la dépense aérobie nécessaire.

Enfin, les activités de pivot, qui soumettent le genou à des contraintes en torsion. Une fois validée les deux types d'activité précédente, sont entrepris. Tout d'abord guidé par le réduit par le kinésithérapeute, ensuite réalisé sur terrain extérieur, et enfin repris avec d'autres interactions. C'est-à-dire qu'initialement le genou est contrôlé complètement par le patient, ensuite on le soumet à des événements extérieurs contrôlés puis totalement aléatoires, afin de progressivement obtenir la disparition des sensations de appréhension.

 

 

Trois éléments déterminent la capacité du patient à reprendre son activité sportive.

Le premier élément : la guérison anatomique : la ligamentoplastie a permis d'obtenir un bon contrôle de la laxité, la veille Liga ventilation du ligament est obtenue, celui-ci est capable de subir de nouveaux des phénomènes de traction étirements, et d'apporter aux genoux et sensation de confort dans les exercices et de solidité. On évalue cela avec l'examen clinique du chirurgien, la mesure des laxités (tel os GNRB).

Deuxième élément : la récupération physique et fonctionnelle du genou. la récupération des mobilités de la force musculaire de la puissance musculaire de la sensation du patient de stabilité d'impulsion et de puissance. Ceci est réalisé grâce à la rééducation. Nous réalisons un contrôle musculaire avec une évaluation ISO cinétique, un test de son sur un pied, et la sensation visuelle de symétrie à la course et au saut des deux genoux. Cette étape est validée par le rééducateur. Nous réalisons également une évaluation psychologique de la récupération du patient, de la disparition des appréhensions, du retour à la confiance en lui et en son genou. Ces éléments psychologiques sont  prédominant sur tous les autres éléments musculaire, ligamentaire, rééducatif, anatomique. En effet, la capacité de récupération physique n'est pas corrélée aux capacités psychologiques. Avec des lésions anatomiques identiques, de patients vont avoir des reprises activités sportives dans des délais et à des niveaux totalement différents. Nous utilisons un score validé par une équipe australienne de Melbourne,qui s'appelle ACL-Rsi. Ce score nous indique le niveau de récupération psychologique. En deçà de 80 % notation n'ont pas repris leur activité sportive. Au-delà de 80 % ils ont repris leur activité sportive. Ce n'est pas un critère de reprise, c'est un élément objectif indépendant des autres facteurs du suivi.

Troisième élément : la reprise en compétition est déterminée par les entraîneurs au préparateur physique, c'est l'encadrement technique qui détermine ou non la capacité du joueur a postulé une fois les deux premières étapes parfaitement validées.

Docteur Yoann BOHU, Docteur Nicolas LEFEVRE, Docteur Serge HERMAN. - 30 décembre 2015.

Conflits d'intérêts : l'auteur ou les auteurs n'ont aucun conflits d'intérêts concernant les données diffusées dans cet article.

Actualités

A lire aussi ...

Les articles les plus lus

Technique du ligament croisé

Par le docteur Nicolas Lefevre

+ de videos

Les dernières publications

Dossier : prothèse de genou

prothèse totale de genou

Dossier : ligaments du genou

Dossier : chirurgie ambulatoire du LCA

Dossier : ménisque

MENISQUE 3D FISSURE DECHIRURE MENISQUE CHIRURGIE DU SPORT

Dossier : Epaule du sportif

Dossier : prothèse de hanche

 

Dossier : rupture des ischio-jambiers

anatomie_ischio_jambier_rupture proximale docteur lefevre chirurgiedusport

Dossier : prothèse et sport

 

prothèse de hanche  et de genou   et sport  

 

Dossier : PRP

 

Chirurgiedusport - Qui sommes nous - Nous contacter - Mentions légales - Web design Digitaline - Développement EMC2 Studio - Clinique du Sport