Nous contacter

Prendre rendez-vous

avec nos spécialistes

 

 01 40 79 40 36 

 

secretariat

@chirurgiedusport.com

 

 SOS GENOU  

 

Chirurgie du Sport

36 bd St Marcel

75005 PARIS

Clinique du sport Paris 

Métro : Saint Marcel

Parking 6 rue de l'essai


sur

Les fiches de chirurgiedusport :

HONCode

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici

QRCode

Vidéo Youtube

Manger beaucoup de protéines, est-ce mauvais pour la santé ?

Imprimer l'article

Manger beaucoup de protéines, est-ce mauvais pour la santé ?

Auteur : Docteur Stéphane CASCUA, Marie-Pierre OLIVIERI

Source : extrait du livre « Menus et Recettes du sportif », Editions Amphora


L'alimentation hyperprotidique du body-bulder n'a pas bonne réputation. Les scientifiques conseillent de manger 3 fois de protéines que de glucides. Pourtant, les Hommes préhistoriques et certains chercheurs remettent en question cet équilibre alimentaire !

Notre alimentation actuelle donne une large place aux céréales et aux produits laitiers. Ces produits sont devenus abondants depuis que l'Homme est devenu agriculteur, au début du Néolithique, il y a à peine 10 000 ans. Ce n'est qu'au siècle dernier que trop de produits sucrés ont fait leur entrée dans nos menus. Quand Napoléon instaura le blocus des produits anglais sur le continent, il fallut remplacer la canne à sucre venue des colonies britanniques. La culture de la betterave s'étendit en Europe et initia une abondante production de sucre raffiné.

Mais l'Homme est apparu 3 à 4 millions d'années plus tôt ! Tout au long de cette période, il a adapté son patrimoine génétique à une alimentation fondée sur la chasse et la cueillette. L'Homme préhistorique mangeait 2 à 3 fois plus de protéines, 2 fois moins de graisses et beaucoup moins de glucides. Ces derniers provenaient très peu des céréales ; ils étaient principalement issus de fruits ou de légumes. Ses aliments étaient consommés crus et ne contenaient pratiquement pas de sel !

Pour quelques chercheurs ces apports seraient bien plus adaptés à nos aptitudes digestives et au fonctionnement chimique de notre corps. Attention, cette diététique Paléolithique, particulièrement riche en fruits et en légumes, pauvres en graisses, dépourvue de sel et sans sucre raffiné, n'a rien à voir avec les régimes hyper-protéinés proposés au 21ème siècle !

Dans le contexte nutritionnel de ce troisième millénaire, une consommation protidique excessive et artificielle notamment à base de poudre perturbe le fonctionnement chimique de notre organisme. Comme leurs noms l'indiquent, tous ces acides aminés acidifient notre corps surtout quand ils ne sont pas compensés par l'effet tampon de fruits et des légumes. Tout ce calcium associé à ces protéines laitières déshydratées favorise la formation de calcul dans les reins. C'est pourquoi nos « Menus et Recettes » destinées aux sportifs pratiquant les sports de force présentent une augmentation modérée, ponctuelle et naturelle de l'apport en protéines.

Pour commander « Menus et Recettes du sportif » : www.amphora.fr

Docteur Stéphane CASCUA. - 22 février 2010.

Conflits d'intérêts : l'auteur ou les auteurs n'ont aucun conflits d'intérêts concernant les données diffusées dans cet article.

Actualités

A lire aussi ...

Les articles les plus lus

Technique du ligament croisé

Par le docteur Nicolas Lefevre

+ de videos

Les dernières publications

Dossier : prothèse de genou

prothèse totale de genou

Dossier : ligaments du genou

Dossier : chirurgie ambulatoire du LCA

Dossier : ménisque

MENISQUE 3D FISSURE DECHIRURE MENISQUE CHIRURGIE DU SPORT

Dossier : Epaule du sportif

Dossier : prothèse de hanche

 

Dossier : rupture des ischio-jambiers

anatomie_ischio_jambier_rupture proximale docteur lefevre chirurgiedusport

Dossier : prothèse et sport

 

prothèse de hanche  et de genou   et sport  

 

Dossier : PRP

 

Chirurgiedusport - Qui sommes nous - Nous contacter - Mentions légales - Web design Digitaline - Développement EMC2 Studio - Clinique du Sport