Nous contacter

Prendre rendez-vous

avec nos spécialistes

 

 01 40 79 40 36 

 

secretariat

@chirurgiedusport.com

 

 SOS GENOU  

 

Chirurgie du Sport

36 bd St Marcel

75005 PARIS

Clinique du sport Paris 

Métro : Saint Marcel

Parking 6 rue de l'essai


sur

Les fiches de chirurgiedusport :

HONCode

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici

QRCode

Vidéo Youtube

L'hydratation au cours de l'effort :

Imprimer l'article

Tout d’abord, petit rappel pour dire que le corps est constitué de 60 % d’eau (45 l pour un adulte de 75 Kg !). L’organisme s’efforce de maintenir l’équilibre entre entrées et sorties de façon optimale. A l’état normal, le contrôle des entrées se fait essentiellement par la soif et celui des sorties fait appel à plusieurs hormones régulant le travail du rein et donc de la quantité d’urines produites.

 

La Déshydratation

Il y a lors de l’exercice physique, surtout de longue durée et d’autant plus s’il est réalisé sous le soleil d’été, une perte importante en eau et en minéraux par la transpiration. Pertes qui peuvent entrainer de graves conséquences sur la santé si elles sont importantes et ne sont pas compensées. La sensation de soif pendant l’exercice et tardive et ne permet pas de compenser les pertes !
La transpiration peut entrainer une perte d’eau 0,5 à 2,5 l/heure.
Le 2e élément à prendre en compte (on le reverra plus tard pour la réhydratation au cours de l’effort de longue durée) et la perte de minéraux et surtout de sel (NaCl) par la transpiration.
Cette perte combinée (eau + sel) va avoir deux effets néfastes sur votre organisme :
- une augmentation du travail demandé à votre cœur (par accélération du rythme cardiaque).
- une augmentation de votre température corporelle.
Ces effets peuvent entrainer :
- une baisse de la performance proportionnelle au niveau de déshydratation ; elle apparaît dès 1 % de perte de poids corporel. L’épuisement physique et intellectuel se fera ressentir vers 5 % et il existe un risque de décès à partir de 10 %.
- un risque d’accident dont le « coup de chaleur » avec une température corporelle > 40°, des troubles de la conscience et une atteinte du foie et des reins notamment.
 

La Réhydratation

Elle comprend 3 phases successives :
- La prise de boisson.
- La vidange gastrique (temps de passage dans l’estomac) qui est lié au volume et à la densité énergétique de la boisson ainsi qu’à l’intensité de l’exercice.
- L’absorption intestinale qui dépend de l’osmolarité de la boisson et de l’intensité de l’effort.
La réhydratation doit apporter 0,5 à 1,5 l / heure. Quantité à adapter en fonction du sportif, de l’effort et des conditions climatiques.
Lors des efforts de longue durée, la réhydratation doit comporter un apport de Sodium ; en effet, la transpiration élimine une partie du Sodium de l’organisme qui doit être remplacé sous risque de complication : l’hyponatrémie.
L’hyponatrémie est une baisse de la concentration de Sodium dans l’organisme pouvant être responsable de troubles digestifs, de maux de tête et de confusion voire de coma si elle s’aggrave.
L’apport de sel (1,2 g/l de boisson) doit être systématique pour les épreuves de 4 h ou plus au cours desquelles les apports hydriques sont importants (au moins 4 l).
 

Que boire ?

Lors d’un entrainement court (moins d’une heure) et de faible intensité, l’eau seule suffit.
Lors d’un entrainement ou d’une course plus longue, on préfèrera une boisson de l’effort d’apport glucidique (riche en glucose ou maltose). Cela pourra être une boisson « prête à consommée » ou par exemple un jus de raisins ou un nectar dilué à 50% auquel on aura recours toutes les 15 – 30 mn.
Enfin, pour les épreuves longues, ne pas oublier l’apport de sel.
Voilà, si vous voulez plus de précisions, vous avez:
- un support papier (livre) : Apports nutritionnels conseillés pour la population française / AFSSA ,CNERNA-CNRS; dir. Ambroise Martin; Véronique Azaïs-Braesco, Jean-Louis Bresson, Charles Couet ...[et al.]

- le site de l’AFSSA : http://www.afssa.fr/
Bonne course à tous et rappelez vous qu’à l’effort, il faut boire régulièrement, dès le début de l’entrainement et sans attendre d’avoir soif !
 

Docteur Charles AISENBERG. - 24 janvier 2011.

Conflits d'intérêts : l'auteur ou les auteurs n'ont aucun conflits d'intérêts concernant les données diffusées dans cet article.

Actualités

A lire aussi ...

Les articles les plus lus

Technique du ligament croisé

Par le docteur Nicolas Lefevre

+ de videos

Les dernières publications

Dossier : prothèse de genou

prothèse totale de genou

Dossier : ligaments du genou

Dossier : chirurgie ambulatoire du LCA

Dossier : ménisque

MENISQUE 3D FISSURE DECHIRURE MENISQUE CHIRURGIE DU SPORT

Dossier : Epaule du sportif

Dossier : prothèse de hanche

 

Dossier : rupture des ischio-jambiers

anatomie_ischio_jambier_rupture proximale docteur lefevre chirurgiedusport

Dossier : prothèse et sport

 

prothèse de hanche  et de genou   et sport  

 

Dossier : PRP

 

Chirurgiedusport - Qui sommes nous - Nous contacter - Mentions légales - Web design Digitaline - Développement EMC2 Studio - Clinique du Sport